Le versement du hors-quota de la Taxe d’Apprentissage 2020 à notre centre de formation professionnelle, nous permet d’investir dans la qualité de notre enseignement par l’achat de matériel dédié aux étudiants, apportant une plus-value à nos cursus.

2020 fut, pour la majorité d’entre nous, une année difficile, d’un point de vue humain et économique. La Taxe d’Apprentissage est un apport financier essentiel pour des associations comme la nôtre. À ce titre, nous sollicitons de nouveau les entreprises devant s’acquitter de cet impôt obligatoire pour qu’elles choisissent Le CEM afin de verser le solde de leur Taxe d’Apprentissage calculé sur leur masse salariale 2020.
Ci-dessous, vous trouverez un document expliquant en détail notre démarche ainsi que le mode de calcul du solde de la Taxe d’Apprentissage pouvant être éventuellement versé à notre structure.

Plaquette Taxe d’Apprentissage 2021

En octobre prochain, le CEM (Centre d’Expressions Musicales) démarrera la 7e session de sa formation professionnelle intitulée « Formation technicien(e) du spectacle vivante et de l’événementiel Son – Lumière – Vidéo – Plateau ». Une formation qualifiante aboutissant à un titre niveau IV délivré par le CEM, en partenariat avec le Grim EDIF, organisation de formation continue faisant référence dans le domaine du spectacle. Cette année, en raison des mesures gouvernementales prises pour endiguer l’épidémie de COVID19, le recrutement ne peut se dérouler dans les conditions habituelles, avec en amont du dépôt des candidatures, trois réunions d’information programmées en avril, au Havre, à Rouen et à Caen. Le CEM a été contraint de réorganiser son mode de recrutement.

Réunions d’information

En raison des préconisations liées au CORONAVIRUS, les réunions d’information seront programmées à partir du 11 mai 2020. Si toutefois vous avez des questions concernant la formation, vous pouvez d’ores et déjà contacter Émilie LEMAISTRE par mail à formationpro@le-cem.com

Déposer un dossier de candidature

Les dossiers de candidatures seront accessibles sur le site du CEM
(www.le-cem.com) à partir du 4 mai 2020.
Le jury de sélection des candidats se déroulera comme suit :

• Candidature en ligne du 4 mai au 9 septembre 2020
• Test de mathématiques obligatoire pour tout dépôt de dossier : les 10 et 11 septembre 2020 (plus d’indications dans la rubrique « test de mathématiques)
• Jury de sélection les 14, 15, 16 et 17 septembre 2020 (sur convocation)

Plus d’infos sur la formation
Sur un plateau de télé, dans une salle de concerts, sous le chapiteau d’un cirque, sur une scène en extérieur, dans une salle de conférence comme dans beaucoup d’autres lieux et situations, le technicien du spectacle vivant et de l’événementiel est réactif, compétent, responsable voire polyvalent. Il doit décharger, installer et gérer le matériel, s’adapter, comprendre et résoudre les éventuels problèmes techniques. Quel que soit le domaine artistique, chaque installation est parfaitement menée. Chaque geste est maîtrisé. Mais pour répondre à toutes ces qualités et ces obligations, une formation s’impose au futur technicien du spectacle vivant et de l’évènementiel, son, lumière, plateau. Une formation complète, adaptée et qualifiante de niveau IV que propose justement le CEM dans le cadre de son programme de formations professionnelles.

Quelles finalités et quels métiers visés ?
• Former des techniciens son, lumière, plateau, intervenant dans le cadre du spectacle vivant, de l’évènementiel et de l’animation socioculturelle et de loisirs.
• Permettre une intégration professionnelle réussie.
• Être autonome sur l’ensemble des équipements, dans tous les types de configurations rencontrées.
• Être sensibilisé aux responsabilités liées à la fonction de technicien dans le cadre de l’accueil, l’accompagnement, la création des spectacles, d’événements institutionnels ou d’animations socioculturelles et de loisirs.
• Permettre une évolution de carrière en donnant des bases théoriques nécessaires à l’adaptation du professionnel aux constantes innovations technologiques et aux demandes spécifiques d’employeurs.
• Comprendre l’environnement administratif, juridique et organisationnel de tout type de manifestations publiques

Quelles sont les compétences professionnelles visées et les objectifs pédagogiques
• Lire une fiche technique, un plan d’installation et de câblage, un synoptique.
• Étudier, préparer, installer, mettre en service et utiliser tous les types de configurations techniques.
• Mesurer et quantifier les équipements et câblage nécessaires.
• Analyser la nature et la composition d’une lumière, la nature et les grandeurs physiques liées à un son.
• Évaluer les risques et prendre les mesures de sécurité nécessaires vis-à-vis de soi-même, du public et des équipements confiés.
• Assurer l’entretien et la maintenance de 1er niveau des matériels.

Chercher à développer des capacités de méthodes
• Appliquer une logique de diagnostic panne
• Organiser et gérer un parc de matériels
• Suivre une logique d’installation et de mise en œuvre

Développer aussi des capacités en termes de comportement
• S’intégrer dans une équipe technique
• Écouter et répondre aux besoins d’un régisseur
• Être autonome dans le cadre de la recherche d’emploi

Trois modules principaux sont ici étudiés
Son
• Technologie du son : le matériel et son fonctionnement, le câblage
• Renforcement du son : diffusion sonore, la chaine de l’amplification, diffusion du son
• Son numérique : technique de numérisation des signaux
• Acoustique : nature et production du son, caractéristiques d’un son, reverb, absorption et diffraction, niveaux sonores et mesures
Lumière
• Optique et colorimétrie : nature physique de la lumière, lois de la réflexion, lentilles et miroirs / décomposition spectrale, température, triangle, système TSL
• Technologie lumière : lampes et projecteurs, puissances, calculs et gradateurs, chaîne de la lumière
• Techniques lumière : angles, réglages, couleurs, ombres / direction et réglages lumière, choix des filtres
• Conception lumière et asservis : fiche technique, plan de feu, patch / les asservis, préparation de la console, exploitation
Plateau et vidéo
• Mécanique : unités physiques, volumes, surfaces, forces, poids, centre de gravité, équilibrage des corps
• Perspectives : plan, échelle, angle, perspectives
• Effets spéciaux : décors, effets climatiques, machines à fumées / Pyrotechnie
• Machinerie : histoire des lieux de spectacle, les différents équipements de scène (fixe, motorisé, contrebalancé, informatisé)
• Vidéo : la chaîne technique, les matériels et la mobilité, organisation d’une équipe, les différentes technologies de diffusion / la vidéo projection
Matières transversales
• Insertion professionnelle : méthodologie de recherche d’emploi et recherche de stage, visites et conférences professionnelles, autoformation et mises en situation professionnelles
• Sécurité : habilitation électrique, sécurité ERP, prévention (risques auditifs, développement durable) Matières générales : anglais technique, mathématiques, électricité
• Environnement professionnel : régie générale, les métiers du spectacle et leurs cadres d’emploi

Moyens et méthodes pédagogiques

Équipements
Le CEM dispose de locaux dédiés à la formation professionnelle (1 salle de concert équipée d’une jauge de 150 places, 2 salles de cours, un bureau, un espace ressource et lieu de vie, une cafétéria). Des équipements professionnels (ordinateurs, logiciels, consoles…) permettent un travail en groupe complet, en sous-groupes et en autoformation. La formation se délocalise également dans plusieurs salles de spectacle de la région (travail sur différentes configurations techniques).
Outils et supports pédagogiques : un LMS numérique de type Moodle permet aux stagiaires d’accéder à différents supports en lignes (documents de synthèse des notions théoriques abordées, documents audio ou vidéo illustrant le contenu des cours, tutoriels, quizz, ressources documentaires, études de cas…). Un forum incluant les formateurs permet un échange et un jeu de questions/réponses sur les séquences pédagogiques.

Encadrement
Les formateurs sont des techniciens professionnels spécialistes de leur domaine d’intervention ainsi que des pédagogues d’expérience. Un travail de concertation pédagogique favorise l’interaction entre les matières dites transversales (mathématiques, mécanique, anglais technique, optique, colorimétrie) et les matières dites professionnelles (son, lumière, plateau). Une équipe de 3 coordinateurs encadrent cette formation sur les axes administratifs, pédagogiques et logistiques.

Informations pratiques

Durée, dates et horaires prévisionnels
Durée de la formation :
• 1050 heures : durée totale / réparties d’octobre 2020 à juin 2021 (8 mois et ½)
• 730 heures : durée de la formation en centre (4 blocs)
• 320 heures : durée des stages en entreprise (3 stages de 3 semaines chacun)
• 290 heures : durée de la formation en multi-modalités intégrant la formation à distance
• 35 heures : durée hebdomadaire

Test de mathématiques
Chaque candidat déposant un dossier de candidature devra obligatoirement se présenter au test de mathématiques.
Les 10 et 11 septembre 2020, durée 3 heures, deux créneaux possibles : 09h à 12h ou de 14h à 17h (le choix du créneau se fait depuis le dossier de candidature)

Test de mathématiques : champs de révision
• Conversions diverses
• Multiples diviseurs
• Les fractions et les calculs s’y rapportant
• Résolution de problèmes simples s’appuyant sur les fractions et %
• Lecture de graphiques
• Calculs d’aires, de volumes
• Calculs d’angles
• Théorème de Thalès
• Calculs d’expressions mathématiques règles de priorité
• Racines carrées
• Trigonométrie dans le triangle rectangle
• Factoriser, développer, identités remarquables
• Résolution équations (1er degré)
• Résolution inéquations (1er degré)
• Résolution systèmes d’inéquations (1er degré)
• Fonctions algébriques simples
• Composantes d’un vecteur

Le CEM accueille du 1er au 31 mars 2019, Lebel et Le Goff pour une exposition unique au CEM. C’est en 2001 que Lebel et Le Goff  tournent leur première vidéo. La séquence s’ouvre sur deux volatiles de plastique qui pépient au rythme d’un morceau de musique tandis que pleuvent des assiettes qui se brisent au sol. Si l’oiseau est un des symboles de la personnalité des rêveurs, ceux de Lebel et Le Goff  semblent avoir les pattes bien sur terre. Mais les apparences sont trompeuses et ce chant décalé pourrait bien être une façon d’ entrer dans l’univers fantaisiste des artistes.

Lebel et Le Goff  se plaisent à manipuler les petites choses de la vie courante qui deviennent prétextes à leurs expérimentations. Ils sortent et se frottent au monde extérieur, invitant l’autre à partager un moment en suivant leurs propres règles. On s’interroge sur ce qui se passerait si nous acceptions de suivre ces nouvelles directives, si nous quittions notre zone de confiance aussi rassurante que limitative.

Il y a certainement de multiples interprétations à donner au sujet de ces histoires sans parole qui peuvent se regarder indépendamment de toute chronologie bien que le travail s’étale sur une vingtaine d’années. L’humour et le décalage sont omniprésents et constituent un fil conducteur. Il faut aussi apprécier ce goût prononcé pour le travestissement avec une inclination pour une certaine forme de ridicule, on pense notamment à «malheur à ceux qui se contentent de peu» à «marotte» ou aux «indolents». Mais ce ridicule est de ceux qui ne tuent pas, il favorise bien au contraire une certaine prise de risques pour aller au-delà de soi et sortir d’une routine trop convenue.

Les histoires que racontent Lebel et Le Goff  ne sont toutefois pas silencieuses et la bande son occupe une place de choix. Ainsi, leurs aventures se font aux rythmes de musiques baroque, folklorique ou disco avec une mention spéciale pour les bruitages qui participent à la dynamique ou l’étrangeté des vidéos créant une troisième entité qui soutient les actions des artistes.

Lebel et Le Goff, c’est avant tout question de complicité. Une rencontre qui se fait au cours de leurs années d’étudiants aux Beaux Arts. La suite se situe dans le plaisir des retrouvailles, le partage des idées et le désir de compléter la proposition de l’autre. Une production qui nous rappelle que de l’échange et l’envie d’agir à plusieurs émergent de nouvelles intentions. L’union stimule la créativité dès lors qu’il est question de penser au pluriel, d’échanger, de se faire confiance. La complicité ne va pas de soi, elle se construit au fil du temps et des projets.

La production de Lebel et Le Goff  s’inscrit dans une durée avec une constance qui s’étale sur deux décennies avec la persistance d’un protocole qui oblige les artistes à se réinventer sans se compromettre, les obligeant à déjouer les pièges de l’usure ou de la redite. Arrivés à la maturité de leur âge et travail, ils continuent de tracer leur route, ajoutant ces petites touches d’expérience qui façonnent les œuvres au fil des expositions. Ils vieilliront sans doute ensemble parce qu’ils n’ont pas dit leur dernier mot, ce qui ne constitue pas la moindre des ironies. Éternels candides qui acceptent le défi du temps qui passe comme celui des conventions qui drapent dans les attendus. C’est d’ailleurs peut-être pour ça qu’ils aiment tant se déguiser, pour interpeller l’autre, le faire réagir, mais sans jamais l’offenser.

Cette exposition sera visible du vendredi 1er au dimanche 31 mars et nous serions ravis de vous compter parmi nous lors du vernissage
qui aura lieu vendredi 1er mars à 18h30 au CEM, 77 rue du 329e RI au Havre – Fort de Tourneville.
Exposition en entrée libre, le lundi de 18h à minuit, du mardi au vendredi de 14h à minuit, le mercredi de 9h à midi
le samedi de 14 à 19h et le dimanche de 14h30 à 19h.
Infos au 02 35 48 95 25 / 02 35 48 48 80