Pour sa première exposition de la saison, Le CEM accueille Pascale Chau-Huu, artiste parisienne née à Marseille mais dont les connexions havraises sont prégnantes ; au point qu’elle a eu envie de développer avec Le CEM un concept original : réaliser des dessins qui traduiraient la musique de groupes du Havre, entre autres.

C’est ainsi qu’en collaboration avec Jean-François Thieulen, régisseur du Pôle de répétition du CEM, elle a pu obtenir une liste de morceaux d’artistes musicaux dont elle s’est imprégnée, afin de retranscrire, au fusain, sur papier format raisin, une forme de son étonnamment imagé, comparable, peut-être, à la gravure de sillons sur les vinyles et autres objets sonores qui permettent de visualiser la musique, de lui donner un aspect concret. L’interprétation plastique ici est personnelle, a priori abstraite, à chacun d’y déambuler avec son propre imaginaire, de le relier à l’écoute de la chanson, de trouver des points d’ancrage, des circuits émotionnels. « J’entre dans la musique comme dans un paysage, dont je peux voir l’ampleur et les détails. Dessiner une musique, c’est tracer la morphologie, l’énergie propre, l’émotion qu’elle déploie » explique Pascale Chau-Huu

« Beauté »
Pour évoquer son travail, l’artiste explique avoir fait sien le concept « Navajo », où le mot « équilibre » veut dire aussi « beauté ». Synchronicité croirons les plus adeptes des signes du destin, si l’on se souvient que Le CEM programmait en mai 2019, le groupe de rock navajo « Sihasin » et le film qui lui était consacré « Hozho, marcher dans la beauté ». Nous pensons au CEM qu’il n’y a pas de hasard mais une succession de rencontres qui nous enrichissent les uns les autres « Je cherche à traduire ce qui fabrique nos innombrables instants. Quelque chose d’impalpable et d’unique s’est passé, que j’essaie de transcrire : la sensation de vivre, si puissante et fragile, si futile et précieuse, et si banalement mélancolique » commente Pascale Chau-Huu.
Les compositions de l’artiste sont étonnamment abstraites et évocatrices ; elle en présentera une dizaine, toutes de noir vêtues auxquelles viendront s’ajouter trois grands formats colorés.
Le vernissage aura lieu le 18 septembre prochain avec une probable performance associée et en tout état de cause, une présentation en bonne et due forme, grande nouveauté au CEM.
Toutefois, les incertitudes qui pèsent sur les lieux publics comme le nôtre en raison du Covid, nous font avancer avec prudence sur le terrain des rendez-vous.
Gageons, que de façon très optimiste, nous pourrons nous réjouir de savourer ce parcours avec toute la liberté physique et intellectuelle que nécessite une telle imprégnation.

Son parcours
Pascale Chau-Huu est née à Marseille et a gardé de ses années méditerranéennes l’attachement à la mer, et à l’horizon. Elle sera donc comme un poisson dans l’eau au Havre.
À partir de 1988, elle développe un travail de dessin et de peinture, où se mêlent étroitement figures animales, fragments de corps, formes végétales, et abstraction picturale. Dans les années 2000, l’artiste débute l’exploration d’outils numériques avec la création de films vidéos projetés sur des volumes (mapping vidéo). En 2017, elle propose la série de dessins Playlist, sa première traduction plastique de morceaux musicaux. La peinture a toujours une place prépondérante dans la production de l’artiste, même si elle continue la création de films vidéos dont « L’endroit secret des biches », projeté sur une voûte séculaire de l’abbaye de Bassac en 2019.
Expérimentée dans la transmission artistique, elle propose à l’occasion des ateliers de médiation, sur le thème de la traduction graphique du son.

Plus d’infos

Exposition du 1er au 30 septembre 2020
Vernissage le vendredi 18 septembre à 18h30
Une communication ultérieure sera proposée concernant
une performance liée à ce vernissage
Au CEM, 77 rue du 329e R.I. – 76620 Le Havre
Infos au 02 35 48 48 80
Exposition en entrée libre, le lundi de 18h à minuit, du mardi au vendredi de 14h à minuit,
le mercredi de 9h à midi, le samedi de 14 à 19h et le dimanche de 14h30 à 19h.

Retrouvez-nous sur Facebook !

Pour sa première exposition de la saison, Le CEM accueille Pascale Chau-Huu, artiste parisienne née à Marseille mais dont les connexions havraises sont prégnantes ; au point qu’elle a eu envie de développer avec Le CEM un concept original : réaliser des dessins qui traduiraient la musique de groupes du Havre, entre autres.

C’est ainsi qu’en collaboration avec Jean-François Thieulen, régisseur du Pôle de répétition du CEM, elle a pu obtenir une liste de morceaux d’artistes musicaux dont elle s’est imprégnée, afin de retranscrire, au fusain, sur papier format raisin, une forme de son étonnamment imagé, comparable, peut-être, à la gravure de sillons sur les vinyles et autres objets sonores qui permettent de visualiser la musique, de lui donner un aspect concret. L’interprétation plastique ici est personnelle, a priori abstraite, à chacun d’y déambuler avec son propre imaginaire, de le relier à l’écoute de la chanson, de trouver des points d’ancrage, des circuits émotionnels. « J’entre dans la musique comme dans un paysage, dont je peux voir l’ampleur et les détails. Dessiner une musique, c’est tracer la morphologie, l’énergie propre, l’émotion qu’elle déploie » explique Pascale Chau-Huu

« Beauté »
Pour évoquer son travail, l’artiste explique avoir fait sien le concept « Navajo », où le mot « équilibre » veut dire aussi « beauté ». Synchronicité croirons les plus adeptes des signes du destin, si l’on se souvient que Le CEM programmait en mai 2019, le groupe de rock navajo « Sihasin » et le film qui lui était consacré « Hozho, marcher dans la beauté ». Nous pensons au CEM qu’il n’y a pas de hasard mais une succession de rencontres qui nous enrichissent les uns les autres « Je cherche à traduire ce qui fabrique nos innombrables instants. Quelque chose d’impalpable et d’unique s’est passé, que j’essaie de transcrire : la sensation de vivre, si puissante et fragile, si futile et précieuse, et si banalement mélancolique » commente Pascale Chau-Huu.
Les compositions de l’artiste sont étonnamment abstraites et évocatrices ; elle en présentera une dizaine, toutes de noir vêtues auxquelles viendront s’ajouter trois grands formats colorés.
Le vernissage aura lieu le 18 septembre prochain avec une probable performance associée et en tout état de cause, une présentation en bonne et due forme, grande nouveauté au CEM.
Toutefois, les incertitudes qui pèsent sur les lieux publics comme le nôtre en raison du Covid, nous font avancer avec prudence sur le terrain des rendez-vous.
Gageons, que de façon très optimiste, nous pourrons nous réjouir de savourer ce parcours avec toute la liberté physique et intellectuelle que nécessite une telle imprégnation.

Son parcours
Pascale Chau-Huu est née à Marseille et a gardé de ses années méditerranéennes l’attachement à la mer, et à l’horizon. Elle sera donc comme un poisson dans l’eau au Havre.
À partir de 1988, elle développe un travail de dessin et de peinture, où se mêlent étroitement figures animales, fragments de corps, formes végétales, et abstraction picturale. Dans les années 2000, l’artiste débute l’exploration d’outils numériques avec la création de films vidéos projetés sur des volumes (mapping vidéo). En 2017, elle propose la série de dessins Playlist, sa première traduction plastique de morceaux musicaux. La peinture a toujours une place prépondérante dans la production de l’artiste, même si elle continue la création de films vidéos dont « L’endroit secret des biches », projeté sur une voûte séculaire de l’abbaye de Bassac en 2019.
Expérimentée dans la transmission artistique, elle propose à l’occasion des ateliers de médiation, sur le thème de la traduction graphique du son.

Plus d’infos

Exposition du 1er au 30 septembre 2020
Vernissage le vendredi 18 septembre à 18h30
Une communication ultérieure sera proposée concernant
une performance liée à ce vernissage
Au CEM, 77 rue du 329e R.I. – 76620 Le Havre
Infos au 02 35 48 48 80
Exposition en entrée libre, le lundi de 18h à minuit, du mardi au vendredi de 14h à minuit,
le mercredi de 9h à midi, le samedi de 14 à 19h et le dimanche de 14h30 à 19h.

Retrouvez-nous sur Facebook !

Ancien Fort militaire construit en 1856, Le Fort de Tourneville est aujourd’hui une mine de créativité !

Découvrez le lieu